Home Médias
A Dunkerque, l'ACS boxe les inégalités

Cette initiative concourt au prix "Le Monde" - Fais Nous Rêver, qui vise à récompenser un projet d'éducation par le sport.
Pour en savoir plus : Apels.org
On ne s'entend plus parler. Un boucan de tous les diables a envahi l'espace sportif Philippe Vanuxem de la Ville de
Coudekerque-Branche (Nord), dans la banlieue de Dunkerque. Amine, Bilal, Christopher, Hassan, Jean-Jacques, Luis
et Morgan viennent de commencer leur échauffement, qui consiste pour l'instant à taper comme des sourds
dans les sacs de boxe suspendus à proximité du ring.
Si ces gamins d'une quinzaine d'années sont réunis ici, c'est qu'ils ont commis des bêtises suffisamment graves pour
être envoyés au Centre de Prévention Educatif (CPE) "Les Horizons" dans la commune voisine de Grande-Synthe,
qui tâche maintenant de les remettre sur de bons rails. "Le sport aide ces adolescents à se reconstruire,
explique Sophie Dupied, la directrice du CPE. Ils apprennent l'assiduité, la solidarité, le respect des règles.
Ici, ils ont l'adrénaline de la boxe, ils peuvent prendre des risques, mais sans dépasser les limites.
"C'est très valorisant pour eux, et pas un ne nous dit qu'il ne veut pas pas venir, enchaine son collègue Moroyne Benmalek.
Maintenant, on est comme mari et femme avec l'ACS". comprendre l'association culturelle et sportive.
Cette structure a vu le jour en 2003 grâce à la volonté de Salim Ben Abdallah, solide gaillard de 37 ans, si doux
et sympathique qu'on en oublierait presque qu'il fut champion de France de Full Contact et qu'il pourrait
vous envoyer valser d'une pichenette.

PUBLICS ELOIGNES DU SPORT

Au départ, celui que tout le monde appelle "Ben" souhaitait créer un simple club de sport, et toucher une trentaine de jeunes.
En deux semaines, ils étaient déjà quatre-vingts, et très rapidement, le rôle de l'ACS a débordé de son cadre sportif.
Les septs adolescents à qui l'ancien boxeur demande désormais de trottiner en donnant des coups de poing dans le vent
sont loin d'être les seuls pris en charge par son association, devenue une institution dans un bassin dunkerquois sinistré
sur le plan social.
Chaque semaine, l'ACS et ses 38 bénévoles touchent environ 600 personnes, souvent issues de publics éloignés de
la pratique du sport, que ce soient les tout-petits, les revenus modestes, les femmes isolées ou les personnes handicapées,
grâce au Handi Fight ou au Fight Adapté. "Dans beaucoup de clubs, explique calmement Ben, ces personnes sentent
qu'on les juge, du coup elles s'en vont parfois au bout d'une séance. Ici, c'est celui qui juge qui dégage."
L'association ne se contente d'ailleurs pas de favoriser l'accès au sport à des personnes en situation de handicap.
Elle en embauche également, puisque Jérôme Berteloot gère la communication de l'ACS depuis son fauteuil roulant,
tandis que Chantal Vandercryssen, qui souffre de problèmes de dos, s'occupe de l'accueil et l'animation.

Véritable outil de cohésion sociale, l'ACS collabore aujourd'hui avec de nombreuses structures locales,
comme l'Association des Flandres pour l'Education, la formation des jeunes et l'insertion sociale et professionnelle,
Les papillons blancs de Dunkerque ou encore l'Armée du Salut.
Son engagement lui a notamment permis de remporter le concours "Fais Nous Rêver" de l'Agence pour
l'Education par le Sport et le trophée "Emergence" dans le cadre du dispositif départemental "Nord Actif".

COLLECTE DE FONDS
Les septs jeunes boxeurs sont désormais montés sur le ring, ont enfilés gants et plastrons, et se sont mis
deux par deux pour combattre.
Comme ils sont en nombre impair, c'est Morgan, un peu plus âgés que les autres avec ses 19 ans,
qui a l'honneur de se retrouver face à Ben, et donc de finir régulièrement dans les cordes, voire au sol.
Mais une fois l'entrainement achevé, le jeune homme ne montre aucun signe de fatigue. Les autres non plus.
Douchés, changés les adolescents s'apprêtent à filer pour une séance de "workout" en plein air, tractions,
pompes etc. Ils reviendront effectués un second entrainement de boxe Khmère (Kun Khmer) dans la soirée.
Plusieurs d'entre eux participeront au gala international "France versus Cambodge" le 7 Juin au Kursaal,
grande salle dunkerquoise, qui permettra de collecter des fonds afin de financer des projets au Cambodge.
Ce jour-là, sous les yeux notamment du maire de Dunkerque, de l'ambassadeur cambodgien en France,
et d'un ambassadeur de l'UNESCO, des boxeurs cambodgiens de renommée mondiale affronteront
les meilleurs spécialistes francais de boxe Khmère (Kun Khmer).
Dans cette même salle, l'ACS organisera le 20 Septembre son premier Forum citoyen du sport pour tous,
une journée de rencontres et de conférences destinées à prouver que sport et handicap ne sont pas imcompatibles.
D'ici là, un petit tour à l'espace Philippe Vanuxem suffit pour convaincre.



Article rédigé par Mr. MENSAH Luc
Le 21 Septembre, une délégation officielle du Royaume du Cambodge a été reçue par la mairie de Coudekerque-Branche et l’association ACS porteur du projet « au Cœur de l’Espoir Cambodge », à la salle Vanuxem.



La délégation représentant le Cambodge était composée de Mr. Sethycheat OUK (Secrétaire Général du Ministère de l'éducation et des sports), Mr Rith CHANOL, Premier secrétaire de l'ambassade royale du Cambodge.

Le Président de la FAMK (Fédération des Arts Martiaux Khmers) Mr. Sisara MEAM et son secrétaire Mr MENSAH Luc, accompagnaient cette délégation.

Etaient notamment présents pour cette réception, Mr. David BAILLEUL (Maire de Coudekerque-Branche et vice président de la CUD), Mr Claude NICOLLET (Responsable aux affaires internationales et élu à la mairie de Dunkerque et vice-président de la CUD, Mr Salim DRAI (Elu à la Mairie de Dunkerque et vice-président de la CUD).

Les élus français ont souligné l'importance de la mission de la FAMK, à propos du devoir mémoriel, par le développement du patrimoine immatériel universel; dont font partie les Arts Martiaux Khmers.

En retour Mr. Rith CHANOL, le premier secrétaire de l'ambassade royale du Cambodge, s'est félicité au nom du Royaume du Cambodge, de l'action humanitaire "Au Coeur de l'espoir Cambodge" menée par l'association ACS à l'endroit des plus déshérités du monde sportif, au Cambodge même.

Il a tenu a remercier - pour Mr. Sethycheat OUK (Secrétaire Général du Ministère de l'éducation et des sports) - les autorités de la CUD (Communauté Urbaine de Dunkerque), pour leur soutien à cette initiative.

Photo de g.à d. : Mr Sethycheat OUK (Cambodge), Mr. Sisara MEAM (Président FAMK), Mr. Salim DRAI (Elu à la Marie de Dunkerque et à la Communauté Urbaine de Dunkerque), Mr. Salim Ben Abdallah (Association ACS "Au Coeur de l'espoir Cambodge).
Un cocktail déjeunatoire a ensuite été offert à la délégation, par l'association ACS (Au Coeur de l'espoir Cambodge) ainsi qu'aux élus de la CUD et à toutes les personnes qui s'étaient déplacées.

La journée s'est terminée par la visite des associations qui oeuvrent - sur la communauté urbaine - dans le domaine de la solidarité aux publics en foyers médicalisés et dans le suivi des jeunes en difficulté.

Elle a notamment permis à la délégation Cambodgienne de connaitre les travaux d'animations sportives réalisés par des intervenants de la FAMK de la Ligue Nord, au sein de ces structures.

La délégation Cambodgienne a qualifié de "riche d'enseignements pour le Cambodge", cette politique d'éducation par le sport; s'est dite fière de l'utilisation des Arts Martiaux Khmers comme outil d'animation.

Article de la voix du Nord sur la délégation Cambodgienne dans le nord